BRUXELLES Très importante et exceptionnelle... - Lot 41 - FEE - Stanislas Machoïr

Lot 41
Aller au lot
Estimation :
30000 - 50000 EUR
BRUXELLES Très importante et exceptionnelle... - Lot 41 - FEE - Stanislas Machoïr
BRUXELLES Très importante et exceptionnelle Tapisserie de Bruxelles (Flandres). Fin XVII° - début XVIII° siècle L'extrême Onction d’après un carton de Nicolas POUSSIN (1594-1665) En soie et laine. Rarissime état de conservation. Remarquable fraîcheur de coloris. Belle polychromie. Bordure à encadrement de bois dorés, rappelant les moulures de cadres de tableaux.                                                                     Ht. 335cm - Larg. 325cm   Historique : Protégé par le cardinal Barberini, Nicolas Poussin, sur ses conseils, peint en 1630 la Peste des Philistins (musée du Louvre) plus tard achetée par le duc de Richelieu, la Destruction de Jérusalem, l'Idole de Dagon, la Mort de Germanicus et le Martyre de saint Erasme, aujourd'hui au Vatican, et, toujours inquiet de mieux faire, il étudie les écrits de Léonard de Vinci. Il peint encore l'Adoration du Veau d'or et le Passage de la mer Rouge, pour le marquis Amédée del Pozzo, et, pour son ami Stella, le Frappement du rocher, sujet qu'il répétera plusieurs fois, puis une première suite des Sept Sacrements pour le commandeur Cassiano del Pozzo, quatre Bacchanales pour Richelieu, et un Triomphe de Bacchus avec un Triomphe de Neptune, où il imite les bas-reliefs antiques.   POUSSIN réalisera 8 cartons qui devront être exécutés en tapisserie pour les appartements du roi, et il est chargé de la décoration de la grande galerie du Louvre, pour laquelle il conçoit le projet de recouvrir la voûte avec les moulages des bas-reliefs de la colonne Trajane : Errard est envoyé à Rome pour en rapporter moulages et dessins. Mais jalousé, tracassé, en butte aux intrigues combinées de Simon Vouet, de Fenquières et de l'architecte Mercier, Poussin quitte la France, et, rentré en 1642 à Rome, où il est reçu triomphalement, il va y travailler pendant vingt-trois ans sans se détourner de son labeur, toujours attaché à son pays et recherché par lui, peignant pour M. de Chantelou la seconde suite des Sacrements qu'il termina en 1648, modelant des Termes pour le château de Fouquet et composant pour le duc de Richelieu sa dernière œuvre, les Quatre Saisons, aujourd'hui au Louvre, auxquelles il travailla de 1660 à 1664. 
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue